Anne de Kyiv et le centre en France

Anne de Kyiv ou Anna Yaroslavna – fille de Yaroslav le Sage et de la princesse suédoise Ingigerd, petite-fille de Vladimir le Grand, est née dans l’une des familles monarchiques les plus puissantes de son temps. Selon les historiens, la date de naissance d’Anne varie entre 1022 et 1032.

Anne de Kyiv a laissé une empreinte importante dans l’histoire de France et a jeté les bases des relations franco-ukrainiennes.

Son prénom lui a été donné en référence à la dernière épouse de Vladimir le Grand, la princesse byzantine Anna Porphyrogenitus. Dans la culture byzantine, ce prénom était déjà courant. Après l’arrivée d’Anne de Kyiv en France et plus tard grâce aux croisades, il s’est répandu en Europe. 

C’est le 19 mai 1051, à la cathédrale de Reims, qu’elle épousa Henri Ier, roi de France.

La princesse avait fait ses études à Sainte Sophie de Kyiv, étudiant les bases des mathématiques et de l’astronomie, peut-être le grec et le latin. Elle a accordé une attention particulière au rayonnement de l’Eglise et à l’édition de livres religieux. En contribuant à la fondation de monastères, la cour royale a encouragé le développement de la spiritualité, de la culture et de l’éducation en France.

Anne de Kyiv a laissé une empreinte sérieuse dans l’histoire de France et a jeté les bases des relations franco-ukrainiennes. Les Français ont conservé la mémoire de cette première «émigrée» ukrainienne connue.

Pourquoi Senlis

Senlis est située à 40 km de Paris. Senlis a été ville royale et résidence des rois de France sous le règne des Capétiens, depuis Hugues Capet jusqu’à Charles X.

Le roi Henri I et la reine Anne vécurent pour cette raison à Senlis. Peu de temps après leur mariage, le couple donnait naissance à un premier enfant, Philippe, héritier du trône tant attendu. On pense qu’Anne introduisit la mode de ce prénom grec en France. Par la suite, de nombreux rois de France reçurent le prénom de Philippe.

A Senlis, la mémoire de la reine de France a résisté à l’épreuve du temps. Les habitants de la ville lui ont érigé un monument en son honneur à l’entrée de l’abbaye de Saint Vincent.

Anne aurait demandé à Dieu la naissance d’un fils et promis de construire une abbaye en l’honneur de Saint Vincent en action de grâce. La reine tint sa promesse : en 1060, lorsque Philippe monta sur le trône après la mort de son père, Anne, régente du roi de sept ans, fonda le monastère de Saint-Vincent. L’abbaye a été reconstruite à plusieurs reprises avant de devenir un lycée catholique.

Au cours des dernières décennies à Senlis, la figure d’Anne de Kyiv a commencé à attirer des curieux et des passionnés d’Histoire du monde entier.

Le Centre: Petite histoire des lieux

Le centre Anne de Kyiv est situé dans un bâtiment historique du XVIIIe siècle accueillant aussi la paroisse Saints Borys et Hlib  .

Ce bâtiment a été acheté en septembre 2013 par l’Église gréco-catholique ukrainienne.

Cette fondation a été rendue possible par une levée de fonds extraordinaire, à l’initiative de plusieurs personnes désireuses de promouvoir le rayonnement culturel de l’Ukraine sur le sol français : le Métropolite Borys GudziakAnna de Czaski Canter, Victoria Hrynchyshyn, Stéphane Dunikowski et le père Mykhailo Romaniuk.

Vous pourrez en savoir plus sur l’histoire du centre ici .

Au cours de l’année 2019, le centre a fait l’objet d’importants travaux de restauration sous la direction d’une équipe d’architectes français. La restauration a été financée par des mécènes du monde entier en partenariat avec la Drac 

Visite virtuelle à 360 degrés

Le Centre Anne de Kyiv vous invite à une visite insolite à 360 degrés de ces lieux qui marient l’Ukraine et la France à travers la figure de cette reine de France.

Grâce aux technologies de la réalité virtuelle, vous pourrez vous promener dans les rues historiques, dans la cité de Senlis près du château royal où vécut Anne et à l’intérieur de l’abbaye Saint-Vincent qu’elle fonda dans la seconde moitié du XI ème siècle.

Vous entrerez aussi dans la cathédrale Sainte-Sophie de Kyiv où la future reine a passé son enfance et sa jeunesse. Lors du tournage, cette cathédrale connaissait des travaux de restauration dans la nef centrale, ce qui a permis de grimper sur l’échafaudage sous le dôme et d’approcher la mosaïque, joyau des lieu, une possibilité généralement réservée aux restaurateurs.

L’histoire d’Anne et de ces lieux historiques est racontée par la co-fondatrice du Centre, Victoria Hrynchyshyn.

La vidéo a été créée avec le soutien de la Fondation culturelle ukrainienne et en partenariat avec Sainte Sophie de Kyiv. Elle est disponible en trois langues – Ukrainien, Français et Anglais. La vidéo montre le lien entre Histoire et actualité, car la figure historique soulève des questions contemporaines: migration, liens entre les peuple, gouvernance et intelligence.